Mon sang (Henri Michaux)

Aujourd'hui, je vous propose ce petit texte du grand Henri Michaux, poète libre qui refuse les formes et les courants, mélange les genres et les formats. Pour élever la voix du texte au-dessus des catégories.


Mon sang


Le bouillon de mon sang dans lequel je patauge

Est mon chantre, ma laine, mes femmes.

Il est sans croûte. Il s'enchante, il s'épand.

Il m'emplit de vitres, de granits, de tessons.

Il me déchire. Je vis dans les éclats.

Dans la toux, dans l'atroce, dans la transe.

Il construit mes châteaux,

Dans des toiles, dans des trames, dans des taches.

Il les illumine.



104 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Cette semaine, je vous propose de découvrir ou redécouvrir ce grand poème de François Villon : Ballade des pendus. La légende veut que le poète médiéval l'ait composé alors qu'il se trouvait incarcéré